skip to Main Content

Au croisement de la finance verte et du numérique

Le plan d’action des FinTechs vertes sera débattu en présence du conseiller fédéral Ueli Maurer le 19 mai. Eclairage d’Antoine Mach de Covalence. Début avril le réseau des FinTechs vertes présentait son plan d’action. Lancé à l’initiative du Conseil fédéral, ce plan cherche à faire de la Suisse l’un des centres mondiaux des services financiers numériques et durables. Il s’agit de 16 propositions concrètes axées sur cinq piliers et qui visent à combiner technologies numériques et finance durable. Ces propositions vont de la création d’une plateforme de données sur la durabilité à la promotion de l’open finance ou à l’extension des possibilités de financement des FinTech vertes, en passant par le lancement d’un concours d’innovation pour les start-ups du domaine. Composé de start-ups et d’experts du domaine des FinTech vertes, le réseau entend que cette initiative incite les autorités, les associations, les milieux scientifiques et les entreprises à présenter des propositions qui feront l’objet d’une vaste discussion lors d’une table ronde présidée par le conseiller fédéral Ueli Maurer le 19 mai. Parmi les membres du réseau nous retrouvons Antoine Mach, cofondateur et associé-gérant de Covalence, qui apporte un éclairage sur le plan d’action. Qui est à l’origine de ce plan?

L’initiative vient du secrétariat pour la finance internationale de la Confédération et plus particulièrement de Christophe Baumann qui est à l’heure actuelle le secrétaire du réseau. C’est une initiative assez informelle qui vise à éviter les rouages administratifs pesants. Le groupe actuel, composé de FinTechs vertes et de l’écosystème qui les soutient, n’est pas figé et sa durée de vie sera limitée. Parmi les Romands vous y trouverez Fabio Sofia et moi-même. Sa mission est de bâtir un plan d’action pour exploiter la puissance de la finance numérique au service de marchés financiers durables. Nous n’en sommes qu’aux propositions, aux projets, aux pistes et l’exécution même du plan sera réalisée par toutes sortes d’entreprises. Notez que le rôle de la Confédération n’est pas de financer l’initiative mais de lui donner une impulsion, une direction. Ce sera au secteur privé d’agir. Suite…

Source: allnews

Back To Top